Installée à la Rondaie depuis trois générations, la ferme Barbelette a toujours eu comme principale production la viande de porc. En 1992, Léon, père d'Hervé, a décidé d'adjoindre à l'élevage une charcuterie pour transformer ses propres produits selon les méthodes traditionnelle de fabrication. Hervé lui a succédé en 1999. La ferme compte aujourd'hui deux salariés et un apprentis.
Afin d'obtenir une viande de qualité pour la charcuterie, le choix a été fait d'une production raisonnée. Elle compte aujourd'hui 200 porcs élevés sur paille et engraissés aux céréales : orge, maïs, blé, colza. L'élevage se compose d'un mélange des races Duroc, Large Wite et Pietrain, sélectionnées pour leur qualité de viande et de goût (Duroc), leur pourcentage de maigre et leur gras (Large Wite et Piétrain).

Les porcelets arrivent à la ferme à l'âge de 14 semaines. Ils font 25 kilogrammes environ et sont engraissés jusqu'à ce qu'ils atteignent un poids de carcasse compris entre 100 et 120 kilogrammes, c'est-à-dire entre 140 à 150 kilogrammes vifs. Ce poids est atteint après 16 à 20 semaines d'engraissage.

Comparé aux méthodes industrielles, il faut donc 4 à 8 semaines de plus pour obtenir ce poids sans adjonction de facteur de croissance. L'espace sur paille dont disposent les porcs et la qualité des aliments avec lesquels ils sont nourris leur assurent un bon développement. Tout cela est nécessaire à la production d'une viande ferme et goûtée. C'est le choix qui a été fait : un équilibre entre production moderne et savoir-faire à l'ancienne.